demande de devis

Les autres actualités

 

 

  Abonnement NEWSLETTER

 

L'entretien des climatisations : la solution santé

Ce que disent les chercheurs et le législateur

« La climatisation de l'air des locaux de travail se généralise depuis les années 1970 pour des raisons d'économies d'énergie et d'hygiène et de confort pour les occupants. Parallèlement, sont apparues de nouvelles pathologies dont le retentissement socioéconomique est important, du fait de la gravité de certaines manifestations infectieuses (légionellose, aspergillose invasive) ou immunoallergiques (pneumopathie d'hypersensibilité, asthme) et de la fréquence de troubles allergiques plus bénins ou du sick building syndrome.
Les systèmes de traitement d'air doivent être considérés comme des générateurs potentiels d'aérosols microbiologiques. Le risque de biocontamination est fortement lié aux caractéristiques techniques des différents éléments composant le système de climatisation, ce qui place la prévention technique au premier rang des mesures à prendre, en cas de biocontamination, si possible dès la conception. »
Sylvie Parat : Chercheur, médecin du travail.
Alain Perdrix : Maître de conférences des Universités, praticien hospitalier.
Institut universitaire de médecine du travail et environnement de Grenoble, laboratoire de médecine du travail et toxicologie, université Joseph-Fourier, UFR de médecine, 38700 La Tronche France.

« Pollution par les agents biologiques
Moisissures, bactéries, virus, pollens : les agents biologiques sont présents à l'extérieur comme à l'intérieur des bâtiments. Ils peuvent se développer dans les moquettes, les revêtements muraux, les matériaux d'isolation, les installations sanitaires, les circuits de distribution d'eau, les systèmes de climatisation, etc.
Les agents biologiques potentiellement dangereux pour la santé humaine sont présentés par grandes catégories : champignons et levures, algues, helminthes, protozoaires, bactéries, virus, acariens, fragments de matériel animal et végétal.
Il existe un lien probable entre la biocontamination de l'air et des manifestations pathologiques mais celui-ci est souvent difficile à établir.
L'inhalation de ces particules en suspension dans l’air (comme les pollens par exemple) peut poser des problèmes de santé pour les personnes fragiles, notamment des enfants, les personnes asthmatiques et les personnes âgées. Elle peut entraîner, selon l'état de santé des personnes et le type d’agents biologiques, des rhinites et des allergies et, dans les cas extrêmes, des infections respiratoires et pulmonaires (asthme, légionellose, etc...).
La chaleur, l'humidité, l'insuffisance d’entretien des locaux, la mauvaise maintenance des installations d’eau chaude et de climatisation favorisent la prolifération de nombreux agents biologiques, augmentant les risques de leur diffusion dans l'air intérieur et l’eau. »
http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Qualite-de-l-air-interieur-.html


« L'Etat et ses établissements publics, les collectivités territoriales et leurs établissements publics ainsi que les personnes privées concourent, chacun dans le domaine de sa compétence et dans les limites de sa responsabilité, à une politique dont l'objectif est la mise en œuvre du droit reconnu à chacun à respirer un air qui ne nuise pas à sa santé.
Cette action d'intérêt général consiste à prévenir, à surveiller, à réduire ou à supprimer les pollutions atmosphériques, à préserver la qualité de l'air et, à ces fins, à économiser et à utiliser rationnellement l'énergie. La protection de l'atmosphère intègre la prévention de la pollution de l'air et la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. »
Code de l’environnement - LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 179


« Constitue une pollution atmosphérique au sens du présent titre l'introduction par l'homme, directement ou indirectement ou la présence, dans l'atmosphère et les espaces clos, d'agents chimiques, biologiques ou physiques ayant des conséquences préjudiciables de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources biologiques et aux écosystèmes, à influer sur les changements climatiques, à détériorer les biens matériels, à provoquer des nuisances olfactives excessives. »
Code de l’environnement - LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 179


« Une surveillance de la qualité de l'air intérieur est obligatoire pour le propriétaire ou l'exploitant de certains établissements recevant du public déterminés par décret en Conseil d'Etat lorsque la configuration des locaux ou la nature du public le justifie. La mise en œuvre de cette surveillance et la mise à disposition de ses résultats auprès du public sont assurées à leurs frais par les propriétaires ou les exploitants de ces espaces clos qui, lorsqu'ils en sont membres, peuvent notamment s'appuyer sur les organismes agréés prévus à l'article L. 221-3. »
Code de l’environnement - LOI n° 2010-788 du 12 juillet 2010 - art. 180


Les protocoles, la technicité et les produits développés exclusivement par ACCLEANER permettent de supprimer les risques infectieux liés à l’utilisation de la climatisation et de tous les systèmes d’air conditionné.

http://www.entretien-de-climatisation.fr/entretien-de-climatisation-vaucluse-gard.php